Santé publique et épidémiologie
Nouvelle étude Seintinelles sur les Implants mammaires

Nouvelle étude Seintinelles sur les Implants mammaires
 
Source : Association Seintinelles

Seintinelles lance le 1er observatoire sur les implants mammaires en France

 
  •  Près de 400 000 femmes portent des implants mammaires en France
  • Parmi elles, 80% les portent pour raisons esthétiques, 20% suite à un cancer
  •  8 ans après l’affaire PIP, on ne dispose pourtant pas de données fiables sur le port d’implants mammaires en France. 
  • Une équipe de chercheurs de l’Institut Curie lance donc aujourd’hui une étude à l’échelle nationale, pour établir le 1er observatoire des implants mammaires en France.
 
Faire un état des lieux du port d’implants mammaires en France
Au delà de quelques chiffres, les chercheurs et médecins manquent de données pour dresser un état complet du port d’implants mammaires en France. 
Combien d’événements indésirables ont déjà été signalés? Combien ont abouti à des retraits de prothèses ? Quel impact des différents scandales sanitaires sur la pose d’implants mammaires ? 
C’est notamment pour répondre à ces questions que le Pr Fabien Reyal, chirurgien à l’Institut Curie, lance aujourd’hui, en concertation avec les associations de porteuses d’implants, cette grande étude, qui s’adresse à toutes les porteuses d’implants mammaires, qu’elles aient ou non eu un cancer. 

Un suivi sur 5 ans 
Cette étude, étroitement conçue avec des associations de porteuses d’implants mammaires, a été financée par l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament), et vise à développer un outil de surveillance et d’information pour toutes les femmes porteuses d’implants mammaires, qu’elles aient eu ou non un cancer. 

Comment participer à l’étude ?
  • Dans un 1er temps, les femmes souhaitant participer doivent s’inscrire sur le site de l’association Seintinelles
  • Elles pourront ensuite participer à l'étude en répondant à un questionnaire en ligne (+/- 20 minutes) : https://www.seintinelles.com/etude/31
  • Nous leur demanderons ensuite d'actualiser leur situation 1 fois/an, durant 5 ans, grâce à un rapide questionnaire en ligne (10 min). 

    L'un des objectifs de l'étude est de signaler les effets indésirables et dysfonctionnements des prothèses auprès de l'ANSM. Les personnes concernées pourront le faire directement en ligne, en cliquant ici.

Dernière mise à jour le 13 novembre 2018